L’expertise est une science, un art, et une technique  Consistant en l’exécution d’une mission confiée dans  Le but de fournir des renseignements ou informations  Qu’il est impossible pour l’assureur d’avoir directement  Et qui font défaut pour résoudre un préjudice matériel Causé à la suite d’un un sinistre, l’expertise est le seul moyen à même de permettre à l’assurance de procéder à l’indemnisation exacte des assurés L’expert joue un rôle déterminant dans la prestation de service et se Répercute sur la relation entre l’assureur et l’assuré, l’expert intervient En amont lors de visite technique du risque avant la souscription des Garanties dommages, comme il intervient en aval pour expertiser Les sinistres, l’expert intervient également durant la validité du contrat  pour la vérification de la tenue du risque assuré.

L’expert est avant tout un personnage d’art et de métier Reconnu par les autorités compétentes, donc diplômé Et expérimenté pour exercer la fonction avec indépendance,dignité et qui seront les principes dont il n’a jamais à s’écarter en outre, l’expert ne devra céder à aucune pression ou influence de quelque origine que ce soit et c’est donc en toute âme et conscience qu’il mettra à profit son expérience et les renseignements recueillis par lui.
Il est tenu de porter ses appréciations que sur les points techniques relevant de sa compétence et faire preuve d’impartialité la plus absolue, démunie de goût, d’opinion, de relation ou d’acte de nature à porter atteinte à son indépendance.
Il N’affirme rien qu’il ne puisse prouver ou démontrer, admet le principe d’une mise à jour de ses connaissances et accepte d’y consacrer le temps nécessaire, accepte les échanges de vue et sait reconnaître le bien fondé des positions d’autrui, conçoit comme légitime le souci d’améliorer son image de marque, il est rémunéré par son employeur (si il est salarié) et par le demandeur de l’acte d’expertise (s’il travail à son compte) et ne doit recevoir d’autres avantages de quelque nature que se soit (commission ou ristournes)

L’article 21 de l’ordonnance 74.15 du 30 janvier 1974 relative à l’obligation d’assurance des véhicules Automobile et au régime indemnisation des dommages, stipule « Qu’aucun remboursement des dommages matériels causés à un véhicule ne peut être effectué si le véhicule endommagé n’a pas fait l’objet d’une expertise préalable »
De ce fait les conditions pour l’indemnisation consistent inévitablement en trois opérations sanctionnées par des documents clairs et univoques :

  • Le contrat d’assurance
  • La déclaration De sinistre
  • L’expertise

C’est cette dernière opération si importante, si délicate et si déterminante qui réunie aujourd’hui : assureur et expert.